23/05/2008

STAGE DE THEATRE

Professeur : Abdelmalek Kadi ; Dates : du lundi 25 août au vendredi 29 août 2008 ; Horaires : de 14h à 18h ; Descriptif : « Un acteur entre en scène. Avant même qu’il ait pu faire quoi que ce soit, le spectateur voit d’abord entrer un corps en scène. Il est important pour un acteur de comprendre que son corps raconte quelque chose. Pour ne pas dire des choses à son insu, l’acteur doit maîtriser le moindre signe qu’émet son corps vers le public pour ne garder que les signes porteurs de sens et qu’il a de préférence choisis. Pour y arriver, l’acteur a besoin d’étudier son corps comme une structure dans l’espace ; d’observer son corps comme une construction susceptible de générer du ‘jeu’. Ensuite, ce même acteur se met à parler. Il est excessivement intéressant pour un acteur d’étudier le fonctionnement de la voix. Que fait le corps pour émettre un son. Dans un premier temps, l’étude de la voix permet d’améliorer ses capacités vocales. Très vite, on se rend compte que la voix est bien plus. Elle peut devenir un outil précieux pour développer du jeu et voire même devenir une ‘source de jeu’. On peut, par un travail approprié lié à l’étude de la respiration, transformer la nature du son, un peu comme un musicien cherche à sortir de son instrument un son toujours plus profond, plus subtil. En recherchant une voix toujours plus vraie et plus juste, l’acteur tend immanquablement vers un jeu toujours plus dépouillé et plus vrai. Fort de ces acquis, on va aborder progressivement du texte. Le texte peut à son tour être considéré comme une structure, une architecture qu’on va essayer progressivement de démonter pour mieux la comprendre. Comment l’auteur a construit son texte. Le texte raconterait-il la même chose s’il avait été construit autrement ? Démanteler la structure du texte revient à étudier comment l’auteur a organisé son discours et ce qu’il a voulu dire exactement en le disant comme ça. L’interprétation arrive d’elle-même et avec aisance. Il suffit d’habiter cette structure du texte et de la rendre lisible pour le spectateur. On aura alors donné corps au texte. Ce qui était lettre morte maintenant vit et est porté par une voix. On peut alors songer à insuffler une respiration au texte. » Manière de travailler : on commence systématiquement le travail par un sérieux échauffement corporel et vocal qui aura pour but de rendre l’acteur disponible, le préparer à entrer en scène mais aussi à étudier le corps et la voix comme décrit plus haut. La deuxième partie de la séance sera réservée à l’étude du jeu. Au travers de petites improvisations, on entrera progressivement dans une approche toujours plus complexe du plateau qui passe par une analyse de l’espace et en abordant bien entendu la matière évoquée plus haut. Pratique : apporter une tenue souple qui permette de se mouvoir aisément.

Les commentaires sont fermés.